stencil.facebook-post (84)

 

Ce que j’apprécie le plus dans ma vie d’entrepreneuse, c’est ma liberté. Je suis libre d’agir comme je l’entends, d’aller où je le souhaite, sans contraintes. Je suis libre de passer les moments importants de la vie de mes proches, avec eux. Comme ce matin d’août 2015 où j’ai emmené mon fils passer son examen du code de la route.

Pendant que lui suait à grosses gouttes pour réussir son examen (qu’il a fini par avoir la 2ème fois!!), je m’étais tranquillement installée dans un café en l’attendant.

Il était 8h du matin, il faisait un temps splendide et j’ai à ce moment là, réalisé la chance qui était la mienne. J’observais les clients du bar, entrer précipitamment, le plus souvent le visage fermé et commander rapidement un café. Certains prenaient le temps de s’asseoir cinq minutes pour lire le journal en sirotant leur boisson. Mais la plupart restaient debout au bar. Qu’ils soient assis ou debout, j’ai vite remarqué un point commun chez chacune de ces personnes. Toutes regardaient leur montre à intervalle régulier et aucunes d’entre elles n’est resté plus de 5 à 6 minutes.

Toutes ces personnes étaient terriblement pressées. Elles devaient toutes faire attention à ne pas arriver en retard au travail parce qu’elles avaient certainement un patron qui les attendait de pied ferme, la montre à la main.

Et moi pendant ce temps, je sirotais en toute tranquillité mon thé au citron. J’avais tout mon temps, et je savais que personne ne me lancerait des regards assassins ou ne me ferait des reproches, si j’arrivais à mon bureau à 10h. C’est ce jour-là que j’ai pris la pleine conscience de ma liberté, de cette sacro-sainte liberté que me permet mon statut d’indépendante.

J’ai fini par rentrer chez moi, tranquillement, en papotant avec mon fils, devenu adulte pendant toutes ces années où j’avais été “prisonnière” de mes différents emplois.

Ces années-là, je ne les rattraperais jamais. J’essaie de ne pas vivre avec le passé, mais il m’arrive parfois de regretter d’avoir dû sacrifier tous ces moments importants avec mes fils. Tout ça pour faire un travail que je détestais, pour exécuter les ordres idiots de petits chefs aux grands egos. J’exagère un peu évidemment, tous n’ont pas été comme cela mais, même si je faisais bien mon travail et que j’appréciais les gens qui m’entouraient, je m’ennuyais à mourir et j’avais sans cesse le sentiment de perdre mon temps, si précieux à l’échelle d’une vie. Je ne supportais pas d’être une “sans voix” et que mon avis sur certains sujets ne soient jamais pris en compte. Pour tout dire, mon avis, tout le monde s’en fichait…

J’écris cet article parce que j’aimerais que tu réalises que tu as une chance folle d’être indépendante. Et j’aimerais, que les jours où tout ne se passe pas exactement comme tu le souhaiterais, ces jours ou tu as envie de tout laisser tomber, tu repenses à ce que j’ai écrit. J’aimerais que tu n’oublies pas que tu es libre d’agir, d’être, de faire. Tu es libre de créer ton avenir, de le rendre encore plus radieux, de vivre la vie qui te fais envie. Etre chef d’entreprise, c’est la liberté de te créer ta vie à ton image, sans limites. Ne gâche pas cette chance unique et fais tout ce qui est en tout pouvoir, pour conserver cette liberté si précieuse.

Pour terminer, j’aimerais que tu me dises dans les commentaires, si tu as conscience (la plupart du temps), de toute la liberté que te donne ton statut d’indépendante. Est-ce que tu fais tout ce qui est en ton pouvoir pour conserver cette liberté? 

Stéphanie